Nov 23

Développer ses ventes grâce au Social Selling

Et si vous utilisiez les réseaux sociaux pour développer vos ventes ?

On ne le dira jamais assez, le numérique et les réseaux sociaux ont considérablement modifiés les pratiques ces dernières années, ce qui n’a pas échappé au monde de la vente.

Pour en parler, nous nous sommes adressés à Loic Simon (PartnerWin), fondateur du #SocialSellingForum. Il animera la prochaine Mensuelle, mardi 6 décembre.

Pour préparer le terrain, nous lui avons posé quelques questions.

 

Bonjour Loic. En quelques mots, le social selling c’est quoi ?

Loic_Simon-retLoic Simon : Le Social Selling, c’est l’art et la manière d’exploiter les réseaux sociaux pour développer ses ventes.

Le monde de la vente a subi sa transformation la plus radicale depuis des décennies : avec l’avènement du numérique, les clients sont aujourd’hui hyper-connectés.

Le Social Selling est un catalyseur et un facilitateur de cette transformation vers plus d’amour et de respect des clients, vers plus d’authenticité, de transparence et de vérité dans les relations entre les fournisseurs et leurs clients.

 

Le Social Selling intéresse uniquement les vendeurs ?

L.S. : Pas du tout, le Social Selling est certes aujourd’hui déployé dans des entreprises qui désirent que leurs commerciaux soient plus efficaces, mais pas que : il est surtout exploité par des entrepreneurs comme vous et moi, membres du réseau Vivre & Entreprendre.

Les meilleurs Social Sellers, ce sont les consultants, coachs, freelances, patrons d’entreprises… tous ceux qui ont compris l’importance de développer leur image de marque professionnelle sur les réseaux sociaux.

Ils maîtrisent l’art et la manière de “se vendre”, ou plutôt de “se faire acheter” en faisant reconnaître et connaître leurs compétences, leurs passions et leur capacité à être des ressources utiles pour leurs clients.

En savoir plus »

Nov 06

Dans les coulisses du Happy Business Meeting : rencontre avec Laurence Le Dantec

Logo_HBM-rougeIl y a 1 mois, nous organisions notre premier Happy Business Meeting. Après une première plongée dans les coulisses de la soirée, nous vous emmenons dans ce second article, à la rencontre de Laurence Le Dantec, notre animatrice passionnée à l’énergie communicative, comédienne professionnelle et directrice de la compagnie Marne En Scène.

Bonjour Laurence. Vous êtes comédienne professionnelle depuis plus de 30 ans. Le Happy Business Meeting était une première pour notre club d’entrepreneurs. Une première également pour vous avec un public d’entrepreneurs ? 

L.L.D. : Par le passé, j’ai eu l’occasion d’animer de nombreuses soirées et évènements devant un public d’adultes. Bien sûr, il m’a fallu trouver les bons mots pour appréhender cette soirée, être réactive, et cela m’a beaucoup amusée de contribuer aux festivités.

Quand on joue au théâtre tous les soirs, on s’adapte au public. Le public est une matière vivante que l’on perçoit très fort en tant qu’artiste. Vous pouvez jouer chaque soir la même pièce, jamais la représentation ne sera la même; le public est différent à chaque fois. S’il est endormi, à vous de le réveiller et s’il est enthousiaste, vous n’avez plus qu’à vous laisser porter.

Lors de cette soirée, le public était plutôt joyeux et partant pour cette aventure. Ce fut un grand bonheur et je remercie toute l’équipe de Vivre et Entreprendre de m’avoir confié cette tâche.

Happy-Business-Meeting(photo_Marc_BEAUDENON_copyright)_02

En savoir plus »

Nov 03

Histoires incroyables et vraies rencontres, le pari réussi du Happy Business Meeting

Demandez à un entrepreneur de vous raconter 4 histoires incroyables et vraies le concernant. Ajoutez un mensonge à faire deviner. Vous obtenez une soirée réseau franchement ludique, 100% inoubliable, le Happy Business Meeting ! Logo_HBM-violet

Une expérience inédite partagée par 70 entrepreneurs, il y a tout juste un mois, au théâtre du Centre des Bords de Marne (Le Perreux). Le défi était de taille : dépoussiérer le speed-meeting et replacer l’entrepreneur au cœur de l’échange.
Rencontre avec Audrey Nivet, animatrice du réseau Vivre et Entreprendre et cheffe d’orchestre de cette soirée.

Bonjour Audrey. Vous organisez au quotidien les manifestations du club. Le Happy Business Meeting est un évènement original qui a demandé plusieurs mois de préparation. Comment est-il né ?

Audrey Nivet : En avril, l’association fêtait ses 15 ans. Les administrateurs du club souhaitaient organiser quelque chose de spécial, d’unique pour l’occasion. Chacun a partagé ses envies. Parmi elles, deux ont servi de fil conducteur : la première, faire un évènement festif, la seconde, apprendre à se connaitre.

Par ailleurs, Vivre et Entreprendre n’avait jusqu’à présent jamais organisé de rencontres d’affaires, quand bien même ses adhérents participaient régulièrement à des speed-meeting dans d’autres réseaux.

Nous avons travaillé à faire exister ces trois dimensions en un même évènement.

 

Une première pour vous et pour l’association, avec son lot d’inconnues et de défis à relever donc…

A.N. : Oui. Le cahier des charges a rapidement eu 5 pattes ! Chacun avait son lot d’expériences “speed-meeting” : personne ne voulait passer sa soirée à courir pour rencontrer 100 participants ; pas envie non plus de réciter une présentation plate, formatée pour tenir en 1 minute ; et surtout pas de collection de cartes de visite qui finissent à la poubelle car on ne se rappelle pas du propriétaire.

Ce partage nous a vite orienté vers une direction inattendue : un speed-meeting sans le “speed”, autrement dit, un “slow-meeting”. Le mot n’est pas resté (pas assez festif) mais les parties pris étaient là, clairement assumés : on prend le temps d’échanger en face-à-face, de personne à personne, dans le vrai au delà de la casquette “métier” ; On ne rencontre pas tout le monde, mais on se souvient des personnes rencontrées.

Happy-Business-Meeting(photo_light En savoir plus »

Août 01

Créer sa page pro sur les réseaux sociaux

Le 27 juin dernier, Facebook annonçait avoir franchi la barre des 2 milliards d’utilisateurs actifs par mois dans le monde, 33 millions pour la France avec en moyenne 25 millions par jour*.

Créer sa page pro sur les réseaux sociaux, et plus particulièrement sur Facebook, c’est la question que nous posions à Thierry Griffart (Com’ de Fabrik) lors de la Mensuelle de juin dernier. Voici quelques éléments de réponse.

 

Bonjour Thierry ! Avec les scores affichés par Facebook, « être ou ne pas être sur les réseaux sociaux » la question ne se pose a priori plus pour une entreprise, non ?

Thierry Griffart : Il FAUT y être ! Au même titre qu’un entrepreneur a un mail, un « 06 », un logo, une carte de visite et un site web… ça fait partie en quelque sorte de la panoplie de base.Photo_TG-article_web

Attention toutefois, ne nous laissons pas tromper par ces chiffres astronomiques. Transformer vos « amis » ou « abonnés » en clients ne se fera qu’en les « ramenant » vers votre site ou votre point de vente.

Développer la notoriété et la visibilité de son entreprise ne s’effectue malheureusement pas sur ces 33 millions d’utilisateurs par mois. Ce serait merveilleux si tous ces internautes étaient de futurs clients. Ce n’est pas le cas. Vous devez définir précisément votre cible, vos objectifs et vos moyens. C’est la clé !

Fidéliser gratuitement sur la page pro en diffusant des posts à ses amis ou abonnés, est un des leviers pour créer de la proximité et une communauté.

En revanche, prospecter gratuitement à l’aveugle est plus hasardeux et ne justifie peut-être pas la dépense d’énergie d’un post de temps en temps. Il existe pour cela des filtres de diffusion payant qui suggèrent aux internautes ciblés, l’intérêt de vos services ou produits.

En savoir plus »

Juin 30

Rendez-vous cet été !

Le mois de juin se termine et avec lui un premier semestre bien rempli !

  • 6 Mensuelle pour apprendre à se connaitre et croiser ses expériences,
  • 2 Apéro Business pour développer ses compétences et gagner en efficacité,
  • 1 Matinale à Villiers pour faire un point sur le déploiement de la fibre dans nos villes,
  • 1 superbe AG anniversaire pour célébrer les 15 ans de l’association,
  • Et un diner particulièrement convivial, autour d’un barbecue dans le jardin du restaurant nogentais, le Val de Beauté !

Détente, sourires et ambiance chaleureuse… la preuve en image grâce à Paul de Beaumont (Agence Paul de Beaumont). Merci pour ces belles photos !

A vos tablettes de vacances !

1ère activité : La Mensuelle, mardi 4 juillet dès 8h à la Mairie du Perreux

Pierre-Etienne Mary, artisan et artiste sur-mesure (Métal en Soi) nous présentera ses activités de la plus classique à la plus surprenante.

2nde activité :  Soirée œnologique, mardi 11 juillet, dès 19h30 dans l’Oasis Nature du Cabinet Jégard à Fontenay

Séverine Gendre (Absolument Vin), nous fera découvrir 3 régions, 3 cépages différents le temps d’une une animation accord mets/vins spéciale rosé : un comparatif plein de saveurs estivales.

3ème activité : Atelier Com’ pour créer votre page pro sur Facebook, mardi 18 juillet à 18h45 à bureau de l’association au Perreux

Lydia Baty (JEBOOSTMACOM) animera cet atelier pratique. Places ultra limitées (seulement 8). Premier arrivé, premier servi !

 

L’été ne s’arrête pas là : on joue les prolongations avec une Mensuelle, mardi 1er août « sous la vigne vierge ». Restez connecté !

Inscrivez-vous vite sur le blog : http://www.vivreetentreprendre.com/blog/billetterie/

 

Bel été à tous !

 

Juin 22

Marchés publics : réserve d’opportunités locales pour votre entreprise !

Pas besoin d’aller loin pour chercher de nouveaux marchés pour votre entreprise. Les marchés publics sont à votre portée !

C’est ce que nous vous avons proposé de découvrir lors de la dernière Matinale : 3h de sensibilisation orienté « entreprise » accompagnée par Elisabeth Ziliotto (ACOMAP) et David Hasday, Avocat à la cour (cabinet HDLA-Avocats), tous deux spécialistes de la commande publique.

Ils nous livrent quelques précieuses clefs indispensables avant de se lancer.

Elisabeth, David, Bonjour. Vous animez régulièrement des ateliers de sensibilisation aux marchés publics. Quelles remarques ou idées reçues avez-vous le plus entendues jusque-là ?

Elisabeth Ziliotto : De façon générale, les petites structures (PME/TPE) hésitent à se positionner sur ces marchés : « les dossiers de réponse sont trop complexes », « je suis une toute petite entreprise et ne suis pas taillée pour répondre à des marchés publics » …

Il ne faut pas oublier que la commande publique représente 200Mds€ chaque année, qu’elle concerne à peu près tous les secteurs d’activité, et que la valeur d’un marché peut être de quelques milliers d’euros.

La complexité d’un dossier de réponse dépend directPortrait_EZ-DHement de la valeur du marché. Il n’existe aucune procédure pour les marchés de valeur inférieure à 25000€. Ils permettent une réponse directe avec l’acheteur, parfois sur la base d’un simple devis.

De plus, de nombreuses mesures très favorables aux petites et moyennes entreprises ont été mises en place par la règlementation des marchés publics qui simplifient le processus de réponse.

Toute entreprise, quelle que soit sa taille, peut ainsi trouver un marché à sa mesure. Elle a aussi la possibilité, si elle le souhaite, de répondre avec des partenaires judicieusement choisis pour augmenter ses chances de réussite et cibler des marchés de plus grande envergure.

 

Une autre préoccupation récurrente : le délai de paiement. On entend souvent dire que les organismes publics ne paient pas ou alors avec des délais impossibles à tenir pour une petite entreprise…

En savoir plus »

Articles plus anciens «