«

»

Mai 04

Entrepreneurs, gagnez en efficacité avec le management visuel !

Tout le monde le sait : pour bien comprendre et se faire comprendre, “une bonne image vaut mieux qu’un long discours”. Et s’il était possible pour l’entrepreneur de gagner en efficacité dans sa gestion quotidienne avec une bonne image ?

Patrick Neveu est l’un des dirigeants de la société SIGNOS, leader sur le marché du Mind mapping. En mars dernier, il était l’invité de la Mensuelle pour nous parler de management visuel. Ensemble nous revenons sur les usages et bénéfices du management visuel pour les entreprises.

 

Patrick, Bonjour ! Mind Mapping en anglais, carte mentale ou heuristique en français… ces grands mots savants sonnent au premier abord, plus scientifiques que pratiques. De quoi parle-t-on concrètement ?

Photo Pat1Patrick Neveu : Pour faire simple, je vous propose de visualiser ce dont nous parlons : vous avez sûrement déjà vu un organigramme de société ou un arbre généalogique ? Nous savons tous à quoi servent ces représentations : se repérer, identifier qui dépend de qui, qui est parent ou cousin de qui, en somme voir les filiations …

Enlever les personnes et mettez à la place les idées. Vous obtenez un organigramme ou un arbre d’idée. Il vous fournit une vision globale sur un ensemble : quelles sont les idées cousines (proches) ? Quelles sont les idées qui dépendent les unes des autres (structure argumentaire) ? Quel est le chemin d’une idée (structure logique) ? Etc…

 

En tant qu’entrepreneur, quels sont les bénéfices du Mind Mapping dans mon activité au quotidien ?

P.N. : La traduction en français de « Mind Mapping » comprend le mot « carte ». Prenons une autre analogie visuelle pour en comprendre les bénéfices : à quoi vous sert une carte géographique quand vous voyagez ? A vous repérer, à identifier des points d’intérêt, à choisir des itinéraires pour gagner du temps ou tout simplement parce que c’est beau. Appliqué au monde du travail, le Mind Mapping sert à la même chose : il aide à découvrir et comprendre un territoire d’idées pour mieux s’y repérer, circuler, agir …


Si on déroule l’analogie, on visualise son chemin du point de départ à son arrivée, on identifie les étapes clefs, on anticipe les difficultés, on planifie une stratégie et on priorise des choix de route avant même de partir. Somme toute, c’est se préparer à attendre son objectif et gagner en souplesse, en réactivité, en efficacité…

P.N. : Oui, gagner en efficacité tant sur le plan des idées que sur le plan des actions. Un projet efficace se pense avant de se traduire en action. Réfléchir visuellement est le premier acte, agir visuellement est le deuxième acte. À tout moment, vous pouvez avoir besoin de communiquer. Pourquoi pas le faire visuellement ! Il suffit de regarder le monde de la communication en général pour s’apercevoir de l’omniprésence du visuel et de son efficacité.

 

Effectivement. D’ailleurs, n’y a-t-il pas un paradoxe : notre environnement est envahi d’images, à tel point que notre attention est sur-sollicitée ; on finit par s’y perdre. Le management visuel n’en rajoute-t-il pas à la saturation actuelle ?

P.N. : Sans objectif, nous ne pouvons pas bien trier l’information, analyser, décider. Que ce soit à l’oral ou en visuel, le problème reste le même. Travailler en visuel ne résout pas tous les problèmes. Avant, clarifions nos objectifs. Les méthodes et outils visuels sont excellents pour justement représenter les masses d’informations qui nous entourent. C’est plus facile de trier des informations visuellement que de les trier dans notre tête sans les visualiser concrètement sur un papier ou un écran.

 

Une dernière question pratique : il existe pléthore d’approches, de méthodes, sans parler des outils, papier/crayons, logiciels… Comment identifier et adopter LA bonne méthode quand on découvre tout juste cette organisation, ces façons de (re)penser son travail ?

P.N. : Les méthodes manuelles et numériques se complètent plutôt qu’elles ne s’excluent ! Si vous souhaitez mieux apprendre et mémoriser, nous encourageons la pratique manuelle. Ce fut d’ailleurs les premiers objectifs du Mind mapping qui se pratiquait historiquement à la main avec des crayons de couleurs.

Maintenant, si vous souhaitez piloter un projet avec des milliers d’informations et de fichiers joints, nous encourageons la pratique numérique pour tirer bénéfices des options d’agrégation d’information que tout bon logiciel de Mind mapping propose : zones note, commentaires, étiquettes, pièces-jointes, hyperliens, marqueurs visuels. Les cartes numériques sont faciles à modifier, à faire grandir, à réorganiser. Nous rédigeons pratiquement tous sur un logiciel de traitement de texte pour pleins de raisons évidentes qui s’appliquent également pour un logiciel de Mind Mapping. Certains d’entre nous se sentent aussi mal à l’aise avec leur graphisme ; les uns ont du mal avec leur prise de note est brouillon et peinent à se relire, d’autres « n’aiment pas » dessiner où en ont tout simplement perdu l’habitude. Les obliger à commencer par la pratique manuelle peut tout simplement les bloquer. Par contre la pratique manuelle est essentiellement dans la phase d’apprentissage pour s’entrainer « mentalement » à organiser ses idées visuellement.Structure-Business-Plan-FR

Exemple de carte – source : article “Entreprendre avec le Mind Mapping”, Franco Masucci (Signos)

 

Merci Patrick. Nous vous retrouvons jeudi 11 mai prochain pour une session pratique (inscription ici)

Pour eux qui souhaitent en apprendre plus sur le Mind Mapping, vous pouvez retrouver une présentation complète sur le site www.managementvisuel.fr

A propos de l'auteur

Audrey Nivet

Depuis plus de trois ans maintenant, j'ai le plaisir d'animer le club Vivre et Entreprendre.
Un mot sur mon boulot ? Vous offrir le réseau d'entrepreneurs le plus dynamique, pertinent et convivial possible, au service de votre réussite !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *